Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alien in Dundee
  • : Et voilà, c'est le grand départ à l'etranger. Et non, je n'ai pas choisi le pays du soleil, mais le pays de la pluie!
  • Contact

Visiteurs

Pages

Catégories

16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 22:33

Voici un article du Figaro. J'ai entendu l'info sur France Info, et ce serait pour Marseille 2013, capitale européenne de la culture. Les lettres seront érigées sur le mont de l'Etoile, vers Château-Gombert. Personnellement, j'aime plûtot l'idée, surtout le fait de faire participer les chômeurs en réinsertion, et de reverser les fonds touchés aux hôpitaux de Marseille et au centre de Cancérologie (je pense que c'est pour l'institut Paoli-Calmettes). Je ne pense pas que cela va spécialement défigurer le paysage, car il y a déjà la grande antenne TV... A suivre...

INTERVIEW - Un artiste de la cité phocéenne propose d'ériger le nom de Marseille en lettres blanches sur la colline de la Batarelle. Un projet qui a de bonne chance de voir le jour.

Les lettres mesureront 17 mètres de hauteur, un de plus qu'à Hollywood et seront en tôle de bardage, comme à Los Angeles. Photo-montage : Christophe Fort.

LEFIGARO.FR - Comment vous est venue l'idée d'écrire en lettres géantes le nom de Marseille ?

CHRISTOPHE FORT (1)- Je suis artiste peintre. J'avais en tête de réaliser un monument colossal. A force de penser à faire quelque chose de grand, j'ai rêvé une nuit de ces lettres blanches géantes formant le nom de Marseille sur la Batarelle. C'est la plus haute colline qui surplombe Marseille et c'est là où se trouve l'antenne de télévision comme à Hollywood ! Le lendemain de mon rêve je suis allé au pied de la colline prendre des photos. En faisant un montage virtuel, j'ai constaté que c'était vraiment pas mal comme projet.

La municipalité a-t-elle accueilli le projet favorablement ?

J'ai proposé mon idée à la mairie de Marseille qui a validé le projet. La ville nous prête un terrain sur la Batarelle gratuitement. Nous allons confier la construction des lettres à une entreprise de réinsertion professionnelle, qui emploie des chômeurs et de Rmistes . Chaque lettre va être revendue à des sociétés, des mécènes ou des particuliers. L'argent sera reversé à un grand centre de lutte contre le cancer et aux hôpitaux de Marseille. C'est cet aspect humain qui a séduit la mairie… Il faut encore confirmer la durée de l'installation, laissera-t-on les lettres tout le temps ou pas ? Ce projet pourrait s'insérer au sein des activités qui vont être mises en place autour de Marseille 2013, capitale européenne de la culture.

Comment va être financé ce projet ?

Je ne souhaite pas pour le moment parler du budget avant que tout ne soit arrêté. La Fondation Banque Populaire, qui avait financé un de mes projets précédents et qui m'a suggéré de faire appel à des donateurs, va m'aider en partie. Les différents contributeurs aux projets auront une plaque avec leurs noms au bas des lettres et par là une publicité mondiale. Nous avons quasiment réussi à faire financer deux lettres par des entreprises. L'une d'elle, une grande marque, aimerait même réserver le « S ». De mon côté, j'ai créé un groupe sur Facebook qui compte déjà plus de 1.300 inscrits. C'est important de montrer que le projet est soutenu par les habitants, de faire mieux connaître cette aventure et de trouver d'autres partenaires et des donateurs particuliers. J'envisage de faire un site dédié au projet qui permettra aux internautes de faire des dons en ligne. Je vais aussi me rendre à Cannes, la semaine prochaine, pour essayer de passer au Grand Journal de Canal+.

Les Marseillais apprécient-ils votre projet ?

Il y aura toujours des langues pour dire non à ce projet. J'ai reçu un coup de fil d'une dame qui m'a dit se contreficher des chômeurs et du cancer. Pour elle, ces lettres allaient empêcher ses enfants d'aller se ressourcer sur la colline et être rapidement taguées. Mais sinon la plupart des gens que j'ai rencontrés jusqu'à présent approuvent l'idée. Les Marseillais sont très fiers de leur ville. Ces lettres sont un élan pour la culture.

 

(1)Agé de 36 ans, Christophe Fort expose en ce moment des collages et des portraits d'inspiration pop-art à Dubaï et à Mougins, près de Cannes.

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
Ca alors !?<br /> Apres tout, pourquoi pas, si ca peut aider l'IPC et les hopitaux de Marseille :)
Répondre